PRIX OFQJ 2017 – Jeune Entrepreneure d’avenir

L’Office franco-québécois pour la jeunesse (OFQJ), en partenariat avec Citizen Entrepreneurs, a récompensé deux femmes entrepreneures :

damaemedicalAnais Barut et son entreprise Damae Medical, pour le prix « Jeune entrepreneure d’avenir »

profile_590_resize_130_130

Soazig Barthelemy et son association Empow’her, pour le prix « Coup de coeur » du jury.

 

Prix OFQJ « Jeune Entrepreneure d’Avenir »

Le Prix Jeune Entrepreneure d’Avenir 2017 s’inscrit dans la volonté de l’OFQJ et de l’association Citizen Entrepreneurs de mettre en commun leur savoir faire au profit de l’entrepreneuriat féminin.

Pour rappel, il vise à récompenser une jeune dirigeante d’entreprise de 18 à 35 ans ayant créé son entreprise depuis au moins 3 années et dont les ambitions de développement à l’international sont prouvées.

Le projet élu doit également faire preuve d’innovation, être porteur d’emplois et créateur de lien social.

 

Anais Barut et Soazig Barthelemy, lauréates et coup de coeur du Prix OFQJ 2017 « Jeune Entrepreneure d’Avenir », se voient ainsi offrir l’opportunité d’intégrer la prochaine délégation française du G20 YEA Summit qui se déroulera à Berlin du 15 au 17 juin.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

L’AFIC s’engage en vue des élections présidentielles de 2017

pperpere

Pouvez-vous nous rappeler brièvement le rôle de l’AFIC et les raisons de son engagement aux côtés de Citizen Entrepreneurs ?
L’AFIC est un organisme professionnel indépendant, qui représente et promeut le capital-investissement français auprès des investisseurs institutionnels, des entrepreneurs et des pouvoirs publics.
Les 300 sociétés de capital-investissement membres de l’AFIC accompagnent plus de 6 500 entreprises dans leur développement et leur transformation, en apportant non seulement du capital mais aussi un soutien et des orientations stratégiques pour les aider à faire aboutir leurs projets.
C’est donc tout naturellement que nous avons à cœur de développer des liens de confiance et de collaboration avec Citizen Entrepreneurs ! Et nous sommes aux côtés de Citizen Entrepreneurs depuis sa création !

La France est en période d’élections et l’AFIC a fait 16 propositions aux candidats. Quels sont à votre avis les points sur lesquels  l’AFIC se distingue par rapport aux autres acteurs du capital-investissement ? 

  • la représentativité de tous les segments du capital-investissement

L’AFIC est la seule organisation regroupant tous les segments de l’écosystème du capital-investissement français : fonds de capital-innovation, capital-développement, capital-transmission, capital-retournement mais aussi sociétés de gestion finançant des projets d’infrastructures.  Notre légitimité à nous exprimer sur le métier est donc sans égale. Et c’est pourquoi les 16 propositions portées par l’AFIC à l’occasion de la Présidentielle couvrent tous les segments du métier.

  • l’empreinte économique des entreprises accompagnées

Les entreprises accompagnées par nos membres ont un chiffre d’affaires cumulé d’environ 225 milliards d’euros, équivalent à 1/5ème de celui du CAC40. Elles représentent 1,4 million d’emplois, soit l’équivalent de près de 9% de l’emploi du secteur marchand en France (hors secteur agricole). Elles croissent 3 plus vite que l’économie française et créent beaucoup plus d’emplois (256.000 entre 2010 et 2015 quand le secteur marchand a généré seulement 15.000 emplois supplémentaires sur cette période). Cette proximité avec l’entreprise nous amène à promouvoir des mesures dont les start-up, les PME et les ETI seront les bénéficiaires. Leurs salariés et leurs dirigeants tout particulièrement grâce à nos propositions sur le partage de la valeur.

  • l’engagement en faveur d’une croissance durable

Enfin, notre association, à travers ses nombreux clubs et commissions, n’a de cesse de promouvoir la transformation durable des entreprises (Commission ESG), l’innovation dans les technologies propres (Club Cleantech), la mesure de l’impact social (Club AFIC Impact) et une plus grande mixité (Club Afic avec Elles). Nous sommes donc légitimes, tout comme les propositions que nous portons !

Quelles sont à votre avis les spécificités des entrepreneurs français, start-up, PME, ETI : leurs atouts et leurs marges d’amélioration tant qualitatives que quantitatives ?

Le tissu entrepreneurial de notre pays compte parmi les plus denses et les plus qualifiés, comme l’a à nouveau prouvé notre délégation d’entreprises nationales au Consumer Electronic Show de Las Vegas en 2016 et 2017 !
Nos entrepreneurs sont particulièrement innovants, ont un talent managérial unique et beaucoup de rigueur dans leur gestion. Les beaux et ambitieux projets entrepreneuriaux ne manquent pas !
Mais trop peu d’entrepreneurs osent encore ouvrir le capital de leur structure, alors que c’est pourtant le principal moyen de favoriser le développement et la transformation de nos belles PME en ETI mondialisées et compétitives.
Le nombre d’ETI et d’entreprises entre 10 et 250 salariés est en effet plus faible en France qu’au Royaume-Uni et en Allemagne. Or ce sont elles qui tirent l’emploi et la croissance.
Dès lors, l’AFIC s’est fixé pour objectif de doubler le marché du capital-investissement français à moyen terme pour irriguer encore plus les entreprises en capitaux et soutenir des projets audacieux, moteur de la croissance de demain.

Quelles mesures l’AFIC recommanderait pour faire de nos PME de futures ETI voire des Licornes ?

Facteur de dynamisation de l’économie, le capital-investissement français porte l’ambition d’aider les entreprises à changer de taille. Pour atteindre cet objectif ambitieux mais réaliste, l’AFIC porte 16 propositions visant notamment à :

  1. Orienter plus fortement l’abondante épargne française vers le financement en fonds propres des start-up, PME et ETI
    Pour ce faire, nous suggérons de fixer des orientations nationales claires en la matière, de réviser les règles prudentielles des investisseurs institutionnels et de favoriser l’accès à l’investissement des contrats d’assurance-vie
  2. Adopter une fiscalité incitative à l’investissement
    L’idée est ici en premier lieu de favoriser l’ouverture et la rotation du capital des entreprises en supprimant l’ISF, mais aussi de favoriser l’investissement des personnes physiques dans les fonds propres des entreprises non cotées.

 

L’ensemble de nos propositions est consultable sur notre site internet :
http://www.afic.asso.fr/fr/special-presidentielle-2017-620.html

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

nos actualités et événements

Voir toutes les actualités et tous les événements