Carnet de bord Jour 1 : En direct du G20 YEA d’Istanbul : “3 jours pour changer la donne” par Ronan Pelloux dans Les Echos

Ronan Pelloux, entrepreneur | Le 08/09/2015 – Les Echos

ronan pelloux

Alors que s’est ouvert à Istanbul le G20 des Entrepreneurs, suivez ce 7ème sommet international en quasi-direct grâce au journal de bord d’un entrepreneur, Ronan Pelloux.

L’année dernière, Ronan Pelloux, fondateur de Creads, vous livrait son Carnet de Bord en exclusivité dans Les Echos à l’occasion du G20 des Entrepreneurs de Sydney. Cette année, l’association organisatrice, Citizen Entrepreneurs, confie au chef d’entreprise, la fonction de sherpa, aux côtés de Jean-Marc Barki, Président de Sealock. 

delegation g20 yea

La Délégation française en marche pour faire bouger les lignes.

Après Moscou puis Sydney, me voici maintenant à Istanbul pour représenter les couleurs de notre pays. La délégation compte 35 entrepreneurs, sélectionnés pour être représentatifs de l’écosystème français. Cette année, nous avons choisi de nombreux acteurs de la nouvelle économie disruptive qui bousculent les codes établis : Chauffeur-Privé (réservation de VTC), Anaxago (financement participatif), Ornikar (permis de conduire en ligne), Legalstart (automatisation de documents juridiques) et des sites e-commerce comme Spartoo ou Carnet de mode. Sont aussi au rendez-vous des acteurs du numérique comme Shopmium, JVWeb, RoyalCactus ou Wisembly et des sociétés de services comme Théodo, Netapsys ou GELGroupe.

Au total, ce sont pas moins de 400 Entrepreneurs des 20 économies les plus puissantes du monde que nous rejoignons aujourd’hui en Turquie pour débattre et réfléchir ensemble à un ensemble de recommandations concrètes à destination de nos gouvernements respectifs. Notre objectif : relancer l’économie mondiale et réduire le chômage grâce à l’entrepreneuriat.

A lire aussi : Pourquoi les entrepreneurs se donnent rendez-vous à Istanbul

 

Quand on sait que 88% des nouveaux emplois créés en France sont directement issus des jeunes entrepreneurs (source Institut Montaigne), il est primordial d’apporter aux entrepreneurs les meilleures conditions pour développer leurs activités et proposer un terreau fertile pour voir émerger toujours plus de nouvelles sociétés. Nos recommandations doivent obtenir un écho optimal et maximal pour devenir la priorité de la classe politique.

 

Rétrospective : Les engagements ambitieux du G20 YEA de 2014
Il y a un an, nous avions clôturé le G20 YEA de Sydney avec une promesse, celle de créer 10 millions d’emplois pour les jeunes d’ici 2030. Nous avions également fixé 8 grands objectifs :
1.  Engager une réforme du système financier mondial orienté vers l’investissement et l’accès au capital
2.    Adapter l’enseignement aux besoins du marché actuel
3.    Développer la culture entrepreneuriale
4.    Renforcer la législation qui favorise l’innovation et la technologie
5.    Alléger le poids de la réglementation et les charges fiscales sur le travail
6.    Créer un VISA pour les entrepreneurs dans les pays du G20
7.    Faciliter les processus d’achat public pour les petites entreprises
8.    Soutenir l’emploi des jeunes.

 

Un an après Sydney : un bilan mitigé

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Est-on en mesure de se réjouir ? La réponse est clairement non. Les réformes engagées sont trop peu nombreuses et beaucoup trop complexes pour avoir un effet immédiat. Il y a urgence à réformer quand on voit que le nombre de demandeurs d’emploi continue de croître.

 

Des réformes positives indéniables

Le gouvernement a toutefois engagé des réformes positives telles que le Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi (CICE) qui a permis aux entreprises de gagner en compétitivité. Le coût du travail reste malgré tout encore trop élevé en France comparé à nos voisins européens.
De plus, la France soutient l’innovation. A titre d’exemple, la BPI est très active sur ces sujets et a aussi permis de recréer du dynamisme dans les fonds d’investissement. La FrenchTech a quant à elle été dotée à son niveau de 200M€ pour permettre de faire rayonner les pépites françaises hors de l’hexagone.
Le Crédit d’Impôt Recherche doit demeurer pour soutenir l’innovation. Il est toutefois regrettable de voir que le statut JEI (Jeune Entreprise Innovante) se soit complexifié à l’heure où les entrepreneurs demandent de la simplicité.

 
Nos attentes pour 2015 et pour l’avenir

Fait notable en ce début d’année 2015, les investissements en capital-risque ont atteint des records (759M€ au premier semestre). Nous commençons à avoir des tickets au-delà de 10M€ et les futures “unicorn” commencent à pouvoir se financer sur des levées à 100M€. Il sera donc essentiel pour le gouvernement de créer un terrain propice aux investisseurs étrangers pour financer nos ETI et leur donner une dimension mondiale car la France manque de fonds d’investissement pour des montants très importants. On peut se le demander, aura-t-on un jour la possibilité d’avoir un Google ou un Apple Français ?

Les entrepreneurs de la nouvelle économie attendent aussi du gouvernement des messages optimistes et rassurants. Les dernières réformes d’Emmanuel Macron vont dans le sens de l’histoire et laissent derrière lui le fameux « We need to slow innovation to protect the old businesses » de son prédécesseur au Ministère de l’Economie. Le monde du travail évolue : 15% de la population active en France sont des travailleurs indépendants. Quand on sait qu’aux Etats-Unis ce chiffre atteint les 33%, on comprend l’importance de revoir la notion du contrat de travail pour s’adapter à ces changements de paradigmes. Le gouvernement français devra aussi encourager le capital-risque et inciter les particuliers à investir dans l’économie réelle. Comme le rappelait Grégoire Sentilhes, Président de Nextstage et du G20 des Entrepreneurs : ”En France, 8% du financement des entreprises se fait par du private equity (et les 92% financés par de la dette) alors que dans les entreprises américaines, nous parlons plutôt de 80% des sociétés financées en private equity”.

Cette année, le G20 des Entrepreneurs portera sur la thématique de la culture entrepreneuriale pour relancer la croissance et l’emploi. Rendez-vous demain pour vous présenter notre travail d’identification des enjeux autour de cette thématique !

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

nos actualités et événements

Voir toutes les actualités et tous les événements